GS, CP ET CE1 À 24: UN SOUPÇON DE DÉSORGANISATION?

GS, CP ET CE1 À 24: UN SOUPÇON DE DÉSORGANISATION?

PREMIER DEGRE




GS, CP ET CE1 À 24 :


UN SOUPÇON DE DÉSORGANISATION ?






© iStock - thodonal




Article publié dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1455 du 9 juillet 2021
Par Ange MARTINEZ, SNALC Premier degré





Après avoir été marquée par une année et demie de protocoles sanitaires divers et inopinés, la fin de l’année scolaire 2020-2021 a encore été placée sous le signe de l’impromptu concernant la limitation des effectifs de GS, CP et CE1. Si le SNALC comprend la gêne occasionnée au sein des équipes, l’administration avait pourtant prévenu sur l’inéluctable chamboulement qui n’a pas manqué de se produire lors des constitutions des classes pour la rentrée 2021.


SIGNAL D’ALARME TARDIF. OU PAS.

Les orientations gouvernementales ont été communiquées de longue date concernant la limitation à 24 élèves pour les GS, CP et CE1 afin de favoriser les apprentissages dans des conditions optimales. D’ailleurs, certains DASEN ont préféré ne pas fermer des classes afin de maintenir des effectifs à 24 en GS, CP et CE1, d’autres ont demandé en amont deux projections de répartition de classes et les moins exigeants n’ont donné aucune directive.

Conformément à la prédiction, les IEN ont communiqué, en fin d’année scolaire, les orientations gouvernementales pour les classes concernées et le plafonnement de leurs effectifs.


COMMENT PROCÉDER ?

Les directeurs se sont demandé comment faire avec de telles contraintes et n’ont trouvé comme solution que les doubles niveaux sur les autres classes. Il a été demandé aux équipes de porter une attention particulière lors de la constitution des classes pour la rentrée afin que les élèves des niveaux concernés puissent bénéficier de ces conditions, ajoutant même parfois « lorsque la structure le permet ». Cette dernière condition suspensive n’a pas autorisé pour autant certaines écoles à se défausser et le SNALC a conseillé, pour plus de sûreté, de ne pas jouer l’évitement, même si l’IEN ne demandait pas que lui soit communiquée la répartition pédagogique de l’école. Tant qu’à recomposer les classes, autant ne pas le faire au dernier moment et de façon précipitée sous la contrainte d’un IEN qui vous ferait les gros yeux. Pour cela, des directeurs auront pris soin, pour le confort futur de l’équipe, de communiquer la répartition de classes à leur IEN en lui demandant son accord.







SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox