INTERDISCIPLINARITÉ : LES EPI SONT-ILS TOUJOURS SUR LA CARTE ?

INTERDISCIPLINARITÉ : LES EPI SONT-ILS TOUJOURS SUR LA CARTE ?

Lettre PÉDAGOGIE




INTERDISCIPLINARITÉ


LES EPI SONT-ILS TOUJOURS SUR LA CARTE ?





Image par chalkboard-sign-4682734_640




LE PÉDAGOGIE 7 - Mars 2021
Par Sylvie Chiariglione,
membre du Bureau national du SNALC et secrétaire académique du SNALC de Corse
pedagogie@snalc.fr




…ou comment changer un « ET » en « OU » peut révolutionner toute une organisation scolaire et surtout donner raison au SNALC sur le fait que majoritairement les collègues ne veulent pas entendre parler des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires !

Le Bulletin Officiel n°22 du 22 juin 2017 modifie l’arrêté du 19 mai 2015 relatif à l’organisation des enseignements dans les classes de collège. Il stipule notamment que « les enseignements complémentaires prennent la forme de temps d'accompagnement personnalisé OU d'enseignements pratiques interdisciplinaires », mais précise que « à l'issue du cycle 4, tout élève doit avoir bénéficié de chacune des formes d'enseignements complémentaires ».

Ainsi donc, la mise en place des EPI peut commencer en 6ème, leur nombre n’est plus imposé et chaque élève doit en avoir mené au moins UN avant de quitter le collège.

La relation de cause à effet ne se fit point attendre dès parution de la note de service [1] : la grande majorité des collègues accueillit la nouvelle avec soulagement tant il était impératif d’assouplir les précédentes consignes, contraignantes, portant atteinte à la liberté pédagogique, nécessitant un consensus et des alliances éducatives au sein des équipes souvent non consenties.

Il est d’ailleurs cocasse de constater qu’en changeant ainsi la donne, le ministère a littéralement reconnu le peu de pertinence d’un tel dispositif, qui de fait se meurt depuis 2017 entre la 6ème et la 3ème, si tant est qu’il existe encore dans certains collèges.

En effet, las – comme tout un chacun - des préparations aussi chronophages que peu utiles en binôme et du peu d’engouement – légitime – d’autres collègues, beaucoup de convaincus semblent eux-mêmes lâcher prise pour se rallier à une évolution des pratiques de l’oral du DNB, qui ne sont pas non plus sans écueils [2] mais qui auront au moins le mérite de moins rogner sur les heures de cours des disciplines, dévolues avant tout à un programme qui nécessite plus que jamais toute l’attention du corps enseignant tant les écarts se creusent entre le collège et les attendus du lycée réformé !
Si certains se plaisent à qualifier les EPI de mise en bouche qui permettrait d’inscrire les élèves dans une démarche progressive de projet en semi- autonomie les menant au plat de résistance que constituerait le Grand Oral, ils ne doivent pas oublier qu’il conviendrait avant tout de prodiguer à chacun d’entre eux des connaissances disciplinaires solides pour leur permettre de s’émanciper intellectuellement, la garniture sur un plat n’ayant jamais eu vocation à nourrir des consciences en construction pas plus qu’elle ne peut prétendre remplir un estomac carencé ni effacer le goût amer de l’ignorance !

Ainsi, le SNALC s’inquiète de la fâcheuse tendance du ministère à proposer encore des menus d’apprentissages auxquels – tout comme une grande majorité d’enseignants - il ne semble même plus croire lui-même puisqu’ils deviennent facultatifs au point de disparaitre totalement de la carte de certains établissements dans le cas des EPI.

Le SNALC demande purement et simplement la suppression de ces « enseignements » du menu proposé à nos élèves. Plus personne ne veut de ce plat roboratif et créant des esprits malnutris. Les marges des collèges sont très restreintes. Passons-nous de ce qui est clairement un vestige d’une réforme ratée.

_________________________________
[1] https://www.education.gouv.fr/bo/17/Hebdo22/MENE1717553A.htm?cid_bo=117828
[2] Voir article : Oral du DNB : sur place ou à emporter ?






SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox