LES PERSONNELS DE SANTÉ RESTENT À L’ÉDUCATION NATIONALE

LES PERSONNELS DE SANTÉ RESTENT À L’ÉDUCATION NATIONALE

PERSONNELS DE SANTÉ




LES PERSONNELS DE SANTÉ


RESTENT À L’ÉDUCATION NATIONALE






© : iStock – DrazenZigic




Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1451 du 19 mars 2021
Par Frédéric ÉLEUCHE, secrétaire national du SNALC chargé des personnels BIATSS et des retraites





Au cours de l’année 2020, le gouvernement avait annoncé son intention de déposer sur le bureau de l’assemblée nationale un projet de loi dit « des 4D » : différenciation, décentralisation, déconcentration et décomplexification – simplification – de l’action publique.

Ce projet de loi devait se faire en liaison avec les collectivités territoriales fort mécontentes de la manière dont le gouvernement agissait à leur égard. Mme Gourault, ministre de la cohésion des territoires, fut chargée de préparer et de présenter le texte dont la rumeur dit un moment qu’il ne serait pas présenté.

Le SNALC était particulièrement vigilant car dès janvier 2020, le Premier ministre avait demandé aux préfets de préparer le transfert des infirmières scolaires aux départements, mesure qui s’appuyait sur un rapport de la Cour des comptes que le SNALC a résumé en son temps et violemment critiqué.

Puis le virus arriva et toutes les réformes préparées par le gouvernement furent suspendues. Le projet gouvernemental reprit vigueur en décembre 2020 mais, dès le début, il fut marqué par des contradictions surprenantes.

Le 17 décembre, Mme Gourault dans un entretien aux « Echos », annonça le transfert des médecins scolaires. Le lendemain, au cours d’un groupe de travail ministériel auquel participa le SNALC, le gouvernement annonça qu’il n’avait jamais été question de transférer les infirmières. Cependant, le 6 janvier 2021, Mme Gourault déclara qu’il était possible qu’on transférât les infirmières et les médecins scolaires.

Le 26 janvier, le SNALC et les autres syndicats représentatifs firent une grève qui montra au gouvernement l’opposition générale à son projet. Lorsque l’avant-projet fut déposé en février, dans le paragraphe santé, le transfert des infirmières et des médecins scolaires avait disparu, sans que le gouvernement eût proclamé sa renonciation.

Le SNALC ne peut que s’en réjouir, car il tient à l’unité de l’Éducation nationale.














SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox