Le SNALC Lyon toujours dans la bataille contre la réforme du collège

Le SNALC Lyon toujours dans la bataille contre la réforme du collège

LE SNALC DE LYON TOUJOURS DANS LA BATAILLE CONTRE LA REFORME DU COLLEGE

Puisque notre Ministère nous ignore, nous tentons de faire passer le message par l’intermédiaire de la préfecture !
A l’appel du collectif Condorcet, environ 200 personnes motivées se sont rassemblées le 12 mars 2016 à 14h place Bellecour : parents d’élèves, étudiants, membres d’associations de professeurs de langues vivantes et anciennes, du public et du privé, et représentants syndicaux. Des documents explicatifs ont été distribués au public sur le chemin qui nous a menés jusqu’à la Préfecture où une délégation de 12 personnes comprenant 2 membres du bureau académique du SNALC (un chef d’établissement et un professeur) a été reçue avec grande courtoisie par M. Luc PERRACHON, chargé de communication du préfet. L’entretien a duré deux heures.
De cette audience, il ressort une unanimité totale sur le fait que le discours du ministère sur la réforme est mensonger : ce n’est pas mieux pour tous mais moins pour tous ! Non seulement, les inégalités ne seront pas effacées mais creusées car la réforme prive les élèves des quartiers et des campagnes les plus en difficulté des enseignements qui leur permettent de réussir par l’Ecole. In fine c’est le niveau de tous et même des meilleurs qui va diminuer : nous avons donné les exemples alarmants des séances de formatage à la réforme dans le Nord (« les petitent filles »).
Nous avons mis en évidence la crise des recrutements de professeurs et le problème de santé publique à venir dans l’éducation nationale chez les enseignants comme dans l’encadrement après les suicides dans la voie technologique et dans la voie professionnelle. Pour reprendre les propos d’une enseignante : « la souffrance des enseignants risque de générer une grande violence. Pourtant, la violence, ce n’est pas dans notre culture. Alors, nous retournons cette violence contre nous-mêmes ». Nous avons évoqué la situation difficile de nombreux chefs d’établissement pris entre leur devoir d’appliquer la politique du Ministère et leur conscience de la nocivité de cette réforme.
Avec cette réforme, c’est la cohésion nationale qui est remise en cause : « C’est le fondement de la République qu’est l’école qui est en danger ». Tous les intervenants ont confirmé cette conclusion émise par la dernière intervenante.
La délégation reçue était formée de personnes issues de mouvements divers, ne se connaissant pas auparavant. Pourtant le discours émis s’est révélé étonnamment cohérent, chacun développant un thème juste esquissé par l’intervenant précédent.
La qualité d’écoute de M. PERRACHON a été unanimement appréciée. Il a pris des notes détaillées, tout en affichant une neutralité de circonstance, et s’est montré très intéressé par ce que nous disions. Son compte-rendu devrait remonter au Ministère de l’Education Nationale via le rectorat mais également au ministère de l’Intérieur, voire au-delà.
Espérons que cette fois, nous serons entendus !
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox